Paroles aux acteurs

Richard Dourthe : le Retour !

TECH XV : Avant d’évoquer le championnat, un mot sur votre carrière d’entraîneur qui connaît un nouveau départ.

R. Dourthe : Juillet 2008, je mets un terme à ma carrière de joueur et j’enchaîne tout de suite avec un statut de manager au sein de l’Aviron Bayonnais. Erreur ! C’est à mon sens illusoire de vouloir passer du rôle de capitaine “chef de meute“ à celui de général des troupes, qui plus est sans expérience, sans vécu, sans formation. Je croyais tout savoir, mais en fait je ne savais rien de ce métier difficile. J’ai été remercié en novembre 2009 après un an et demi de responsabilité. J’ai donc décidé de reprendre les choses dans l’ordre en suivant une formation à Marcoussis avec Didier Faugeron, Jean Baptiste Elissalde, Marc Delpoux entre autres. Là j’ai compris ce qu’était le management, mais aussi la planification l’organisation du travail, l’importance du staff, les nombreuses difficultés du métier. Mais de novembre 2009 à juin 2013, autrement dit plus de 3 ans, pas de club. Je dois avouer que j’ai trouvé le temps long. Fort heureusement l’émission de Canal, Les Spécialistes, m’a permis de continuer à débattre et à côtoyer les passionnés du rugby comme moi.

 

TECH XV : Et aujourd’hui ?

R. Dourthe : Que du bonheur ! Revenir me remplit de joie. Retrouver une équipe, un club, le mien, celui de mes débuts. Je sais que ce sera dur car l’USD a vécu une saison dernière très difficile et que personne n’a envie de revivre une telle mésaventure. L’objectif étant de faire mieux que l’an passé (l’USD a terminé 14ème de PRO D2), il s’agit donc d’assurer le maintien le plus vite possible. Remporter ce premier match était un impératif. Face à Colomiers, la rencontre fut très indécise jusqu’au bout mais la victoire est là, c’est l’essentiel. Il nous faut pérenniser le club dans le monde professionnel, bâtir ensemble une philosophie de travail, de jeu et de formation. C’est dans ces trois directions que je conçois ma mission.

 

TECH XV : Et ce championnat de PRO D2 que vous inspire-t-il ?

R. Dourthe : Plusieurs choses. Cette compétition est très bien équilibrée ; elle permet une planification et une organisation du travail plus harmonieuse qu’en TOP 14. Le rythme des rencontres est intelligent (une pause tous les 5 matchs) et autorise des remises à niveau physique, tactique et technique. C’est un marathon certes, mais on sait où l’on va. Je constate aussi que le TOP 14 tire la PRO D2 vers le haut. Les saisons sont de plus en plus disputées. Ce qui est dommage c’est le manque de passerelle entre les deux championnats. Il y a des joueurs qui n’ont quasiment pas de temps de jeu en TOP 14 et qui pourraient s’exprimer dans notre championnat. Il faudra peut être un jour réfléchir à cette possibilité pour un joueur de disputer des rencontres dans le deux championnats.