Paroles aux acteurs

Les demi-finales du TOP 14 analysées par Didier Faugeron, entraîneur de Biarritz.

photo Les demi-finales du TOP 14 analysées par Didier Faugeron, entraîneur de Biarritz.

Rugby Club Toulonnais/Stade Toulousain.

 « Le Stade n’a pas eu d’assez bons lancements de jeu pour perturber cette grosse défense Toulonnaise. La conquête n’a pas été à la hauteur de ses ambitions. Contrairement à la finale de l’an passé, la mêlée du RCT n’a pas souffert de la comparaison, bien au contraire. Toulon ressemblait donc à un mur infranchissable derrière lequel Wilkinson a tout pris en charge de A à Z. L’organisation défensive, les options stratégiques, la gestion de l’événement. C’est l’expérience et l’intelligence de ce joueur hors-norme qui a illuminé cette demi-finale. Mais il n’est pas le seul. Tous les joueurs qui composent cette équipe ont un vécu énorme et ça rejaillit sur le collectif. Le RCT dégage une force et une puissance incroyables. Et aussi une sérénité exemplaire à l’image de la finale de la HCUP. Enfin, coup de chapeau au meneur d’hommes qu’est Bernard Laporte. Il a réussi à faire cohabiter tous ces talents, toutes ces fortes personnalités, ce qui n’était peut-être pas évident au départ »

 

 

ASM Clermont Auvergne/Castres Olympique.

 « Je n’ai pas reconnu l’équipe de Clermont. À mon avis, c’est surtout lié au match perdu en finale de Coupe d’Europe. Ils ne sont pas arrivés à évacuer la déception de la défaite à Dublin. Leur performance très moyenne en mêlée en est probablement l’illustration. Ces 15 points encaissés dans ce secteur est à mon sens la première explication de leur défaite en demi-finale. L’ASM va devoir digérer une deuxième déception dans la foulée de la première. Les vacances vont faire du bien, croyez-moi. Après je crois qu’il faut féliciter le travail de Laurent Labit et Laurent Travers. Cette équipe de Castres est au rendez-vous des demi-finales depuis trois ans, il y a de la régularité, de la cohésion, beaucoup de solidarité dans ce groupe. Toulon sera sur ses gardes, à n’en pas douter ! »