Paroles aux acteurs

Le tour d’horizon de Jean-Louis LUNEAU - Président de TECH XV

L’USAP, les JIFF, le Salary Cap… ! En cette fin d’année le président de TECH XV entreprend un large tour d’horizon du rugby Français et exprime clairement sa position sur les dossiers qui font débat.

TECHXV : Au plan sportif, quelle est votre analyse sur la phase aller du TOP 14 ?
JL LUNEAU : J’estime que l’USAP assume plutôt bien son titre de champion. Il est à la hauteur de sa réputation….même si face au MUNSTER les Catalans ont pu mesurer le chemin qu’il leur reste à parcourir pour devenir un » grand d’Europe ». Ce qui est intéressant ce sont ces clubs qui se sont invités à siéger aux fauteuils d’orchestre, habituellement réservés aux « cadors » du championnat. Je pense à TOULON, le RACING et CASTRES bien entendu. Les déceptions en revanche viennent de BRIVE et BAYONNE. Résultat, il faut s’attendre à des surprises car au moins 8 clubs postulent au titre de champion et certains favoris risquent de passer à la trappe. Du jamais vu ! Au plan du jeu on a eu droit a du bon puis du moyen, notamment au moment de la Tournée d’automne qui perturbe le fonctionnement de plusieurs clubs et fausse, de fait, la compétition. Ce qui me gène, également c’est que la trêve de Noel est totalement galvaudée avec un entrainement qui va reprendre le dimanche 27 pour préparer le match du 30 décembre. Certains clubs ont même annoncé qu’ils allaient devancer l’appel (reprise le samedi 26) malgré les consignes de la Commission Paritaire de la Convention Collective du Rugby Professionnel. En fait chacun fait à sa guise et on voit bien que le problème majeur et récurrent demeure le calendrier.

TECHXV : Votre sentiment sur le JIFF qui a été revu à la baisse et le « salary cap » qui pointe le bout de son nez !
JL LUNEAU : Très déçu ! D’autant que le monde amateur avait mis beaucoup d’espoir dans cette mesure qui allait redonner du sens à notre formation et permettre aux jeunes issus des petits clubs d’espérer un jour accéder au haut niveau. J’étais d’accord pour rendre moins draconien l’échéancier mais pas pour faire baisser les quotas de 70% à 60%. Cette marche arrière va nous obliger à être encore plus performant en termes de formation et de préparation du joueur professionnel. Ce sera d’ailleurs le thème central de notre numéro de février. Quant à l’encadrement de la masse salariale elle me parait être une bonne initiative ; avec une barre placée à 8 millions d’euros la marge de manœuvre est confortable ! Mais attention, là aussi, il conviendra de rester vigilant. L’idéal serait, mais je sais que c’est complètement utopique, que tous les clubs partent à égalité de budget …comme dans la course du FIGARO ! Tout le monde sur la même ligne avec des internationaux équitablement répartis dans les différentes équipes.

TECH XV : En attendant les entraîneurs Français font un travail remarquable !
JL LUNEAU : A l’image des deux Laurent à CASTRES. Ils s’appuient sur une méthode solide et éprouvée tout en ayant le même discours auprès de leurs joueurs ; mais avec deux voix différentes ce qui permet de ne pas affaiblir le message. C’est très harmonieux au plan de la communication. C’est le cas aussi à AGEN avec le duo LANTA/ DEYLAUD. Globalement les entraîneurs Français ont pu exercer leur mission dans un climat plus serein que par le passé à l’exception de Brive et du Stade Français. Reste maintenant à gérer la dernière ligne droite du championnat où la pression va s’accentuer au fil des rencontres, c’est évident. A chacun de garder son calme et ses convictions, c’est le plus important.