Paroles aux acteurs

La France en finale des Championnats d’Europe des moins de 18 ans samedi à Grenoble. L’analyse de Philippe Boher, le manager

photo La France en finale des Championnats d'Europe des moins de 18 ans samedi à Grenoble. L'analyse de Philippe Boher, le manager

TECH XV : La France en finale, c’était l’objectif ?

P.Boher : L’objectif, c’est de la gagner. Face à l’Angleterre c’est très ambitieux, je le reconnais et ce pour au moins deux raisons. Notre équipe a des faiblesses défensives qui risquent de nous être fatales samedi à Grenoble. Sur la technique proprement dite du plaquage, nous avons encore des progrès à faire. Deuxième constat, physiquement nos joueurs sont moins costauds, c’est évident. Les Anglais font depuis déjà deux ans un gros travail de développement musculaire assorti d’une alimentation où les compléments alimentaires sont très présents. Nous n’avons pas souhaité entrer dans cette forme d’alimentation car selon nous elle comporte des risques. Les Anglais sont au dessus du lot, c’est clair mais nous avons nos armes.

TECH XV : Lesquelles en particulier ?

P.Boher : C’est simple, pour palier nos faiblesses défensives il nous faut marquer plus d’essais que l’adversaire. On s’est donc lancé avec les entraîneurs et l’accord des joueurs sur un projet de jeu où l’aspect offensif est prioritaire. A 18 ans on est logiquement animé par une volonté d’attaquer à tout va. C’est leur cas ! Il faut donc profiter de cet appétit de jeu et tenter d’en faire notre fond de commerce. Le nouveau championnat d’Europe des moins de 18 ans fête sa 3ème édition et inscrire la France au palmarès permettrait à cette génération de 1995 de prendre confiance en son avenir.

TECH XV : Vous êtes le manager de cette équipe mais également le chef de projet des moins de 18 ans. Que cela signifie t’il ?

P.Boher : C’est Jean-Claude Skréla, le DTN, qui m’a confié cette mission. L’objectif est d’identifier les potentiels dans cette catégorie d’âge, de s’assurer de la confirmation des talents afin de dégager une élite de 30 joueurs qui intégrera l’an prochain le Pôle France. On s’appuie donc sur cette équipe de France mais aussi sur l’équipe de France B qui évolue elle aussi dans ces Championnats d’Europe. Si je fais une première analyse je dirai qu’il y a bien 3 ou 4 joueurs qui ont le potentiel et le talent pour porte un jour le maillot de l’équipe nationale. Mais pour cela, il leur faudra travailler beaucoup, éviter les blessures graves, jouer au plus haut niveau dans leur club…La route est longue, ils le savent et le premier obstacle a pour nom l’Angleterre samedi au Stade des Alpes.