Paroles aux acteurs

La demi-finale ASM/CASTRES vue par Alain Gaillard, ancien entraîneur des deux formations.

photo La demi-finale ASM/CASTRES vue par Alain Gaillard, ancien entraîneur des deux formations.

TECH XV : D’après vous, comment les Clermontois vivent-ils leur défaite en finale de la H CUP ?

A. Gaillard : A mon avis, ils ont reçu un gros coup de bambou sur la tête. Au regard du jeu produit (78% d’occupation, 68% de possession) c’est très frustrant d’autant qu’ils avaient dominé la compétition d’un bout à l’autre ; enfin, sauf les 20 dernières minutes. Le problème de l’ASM se situe donc essentiellement au niveau du mental. Pour rebondir il leur faudra faire appel à la force mentale de chacun pour la transformer en force collective. Cette demi-finale s’apparente en quelque sorte à une session de rattrapage. Mais quand il faudra faire le bilan on peut très bien être amené à constater que l’équipe la plus performante du rugby européen termine la saison bredouille.

TECH XV : Premier obstacle, un club que vous avez aussi entraîné, Castres. Quelles chances donnez-vous aux joueurs du Tarn ?

A. Gaillard : Pas beaucoup si l’ASM est à 100% de son potentiel. S’ils ne sont qu’à 70% le CO a des chances. Le groupe est costaud, solidaire, en progrès au niveau de sa mêlée et très efficace dans le contre en touche. Il faut rajouter à ces données techniques des joueurs capables de faire basculer le match à tout instant. Je pense en particulier à Dulin, Kockott, Claassen. Castres a un coup à jouer c’est évident. Autre donnée importante, tout l’effectif de Castres est disponible, contrairement à l’ASM qui est revenu de Dublin avec quelques blessés.

TECH XV : Comment couper les ailes de l’attaque Clermontoise ?

A. Gaillard : En mettant en place une rush défense ou une défense inversée selon les cas de figure. En tout les cas en surveillant comme le lait sur le feu les Sivivatu, Nalaga et autre Fofana. Le CO a une bonne défense mais lire le jeu des trois quart de l’ASM est souvent très compliqué. On a pu le constater samedi dernier en finale de la H CUP. Mais je reviens à mon propos de départ : pour que Clermont évolue à son meilleur niveau il faut que le groupe ait évacué la déception Irlandaise. Et ça c’est le boulot du staff.