Paroles aux acteurs

Jean Jacques CRENCA : prendre le temps de la formation !

A 39 ans l’ancien pilier du XV de France ( 39 sélections) a repris le chemin de son Lot et Garonne natal. Après trois saisons sous les couleurs Toulonnaises (joueur, entraîneur-joueur et enfin adjoint de Tana Umaga) Jean Jacques CRENCA a été demis de ses fonctions après la 8 ième journée. Le voici donc de retour au S.U.A avec, prochainement, de nouvelles responsabilités au sein du Centre de Formation.

TECH XV : C’était important de rebondir très vite après ce que vous venez de vivre ?
J J CRENCA : Mon objectif était double. Tout d’abord ne pas gamberger en restant sur place. Moi je n’étais pas venu à Toulon pour la mer ou le soleil mais pour le rugby et uniquement pour le rugby. Donc une fois limogé je n’avais aucune raison de rester d’autant que je ne suis pas Toulonnais.
Deuxièmement, il me fallait impérativement retrouver un club, un support sportif, pour poursuivre ma formation car je vais une fois par mois à Marcoussis pour le DES JEPS, le nouveau diplôme des entraîneurs de rugby. Le S.U.A -où j’ai joué 13 ans- a compris ma situation et m’a accueilli. J’interviens donc au prés de Christian LANTA et Christophe DEYLAUD pour tous les problèmes de la mêlée et très bientôt je vais m’occuper de la formationdes piliers au sein de Centre de Formation.

TECH XV : Que retirez vous de cette expérience Toulonnaise ?
JJ CRENCA : Je la vis comme un échec forcément ….et aussi un peu comme une injustice dans la mesure où on m’a expliqué que mes compétences n’étaient pas en cause. J’aurai aimé aller jusqu’à la fin de la saison, c’est vrai. Mais bon la page est tournée ! Il reste que travailler et échanger avec Tana UMAGA fut toujours très enrichissant. Ce qui est sûr c’est que ces trois ans passés au RCT ont renforcé mes convictions. Il ne peut pas y avoir de projet sportif sans une solide politique de formation. Et pour ça il faut prendre le temps. Certains dirigeants l’ont compris et si un jour je redeviens entraîneur ce sera dans un club où la Formationn’est pas le parent pauvre.

TECH XV : Entraîneur ! Vous voulez toujours en faire votre métier ?
JJ CRENCA : Oui ! Malgré la précarité qui en fait une profession à haut risque. Malgré l’investissement qu’il réclame en permanence. C’est pour moi une authentique passion. Faire avancer un groupe, contribuer à faire naître une aventure humaine au sein de celui-ci, installer des relations de confiance. Entraîner l’équipe, lui fixer des objectifs, la voir progresser, voilà les raisons qui font que, oui, je vais tout mettre en œuvre pour en faire mon métier à part entière.