Paroles aux acteurs

Interview de Laurent LABIT - Le 6/01/09

A 40 ans Laurent LABIT vit ses derniers mois d’entraîneur à la tête du MONTAUBAN TARN et GARONNE XV. En compagnie de Laurent TRAVERS son fidèle ami et coéquipier il retrouvera CASTRES la saison prochaine le club avec qui il a été sacré champion de France en 1993. En ce début d’année TECH XV a rencontré un technicien bien décidé à aller jusqu’au bout de ses idées.

TECH XV : Que peut-on souhaiter en 2009 à l’entraîneur que vous êtes ?
L. LABIT : De continuer à progresser dans mon métier car j’ai encore beaucoup de choses à apprendre. Quand Patrick BARDOT m’a fait confiance en 2004 je n’avais aucune expérience ; je ne savais pas gérer une rencontre, ni un groupe. Au fil des matches avec la complicité de Laurent TRAVERS nous avons bâti une méthode et constituer un groupe performant que nous avons conduit de la PROD2 jusqu’à la grande Coupe d’Europe.

TECH XV : Vous pouvez nous en dire plus sur la méthode ?
L.LABIT : Je vous parlerai surtout de la relation que nous avons voulu instaurer avec le groupe. Avec Laurent, nous nous plaçons au cœur de l’équipe. Nous en faisons partie de façon presque fusionnelle
On échange avec eux, on communique en permanence et on ne laisse pas s’installer des « non-dits ».
C’est probablement cette manière de fonctionner qui nous a permis de passer, sans trop de dégâts, à travers la tempête qui secoué le club pendant 6 mois. Je ne dis pas que l’on est arrivé à bon port, il faudra attendre la fin de la saison pour l’affirmer, mais le groupe aurait pu exploser, ors ça n’a pas été le cas. C’est une manière de vivre le rugby et notre métier d’entraineur que nous avons l’intention d’exporter à CASTRES pour la saison prochaine.

TECH XV : Laurent LABIT / Laurent TRAVERS, le tandem est indissociable ?
L.LABIT : Absolument ! Nous avons passé ces dernières années sans l’ombre d’un nuage. Nous sommes amis aussi en dehors du terrain et ceci explique d’ailleurs cela. Je ne conçois pas pour l’instant d’exercer cette profession sans Laurent avec qui je suis en totale osmose autant au plan humain que rugbystique. Ensemble nous allons relever un dernier défi avant de quitter Montauban : laisser le club en TOP 14 là où on l’a amené et si possible avec le ticket Européen en poche. Ce sera difficile car nous sommes 4 clubs en lutte pour deux places, Bayonne, Brive, Montpellier et nous.