Paroles aux acteurs

Coup d’envoi du TOP 14 Orange avec JP COYOLA de l’Aviron Bayonnais

photo Coup d'envoi du TOP 14 Orange avec JP COYOLA de l'Aviron Bayonnais

L’Aviron Bayonnais affrontera le champion de France, sur ses terres, lors de la première journée du Top 14 Orange. L’entraîneur des lignes arrières, Jean Philippe COYOLA, évoque pour TECH XV ce match de reprise et nous donne rendez vous lundi 17 Août pour analyser la prestation de sa formation face à l’USAP.

TECH XV : Avant de parler de cette première rencontre, un mot sur les semaines écoulées.
JP COYOLA : Physiquement les garçons ont beaucoup travaillé. Qui plus est dans un contexte particulier, celui du RPIMA de Bayonne, au contact de militaires dotés de petits gabarits certes , mais très toniques et surtout très fort mentalement. Nos joueurs ont lutté avec eux dans des séances de un contre un…. Très enrichissant comme expérience. Pour beaucoup de nos gars, ça leur a permis de relativiser, notamment quand ils ont vu que certains « paras », blessés récemment en AFGHANISTAN, trouvaient la ressource mentale d’oublier leur douleur et de lutter quand même. Beaucoup de physique donc, à base de musculation et de VMA …en fait il fallait remplir le réservoir !
Techniquement aussi le travail fut intense avec des innovations que Yann PRADEL et moi avons dénichées en Australie, où nous avons passé 15 jours en juin. Un exemple : pour travailler la passe on a ramené des mitaines dans lesquelles sont incrustées une demi balle de squash. Impossible, une fois que vous les avez enfilées, d’attraper le ballon de façon classique sans faire preuve d’agilité avec ses doigts et de souplesse dans le poignet. Intéressant pour travailler l’adresse.

TECH XV : Au vu des matches amicaux, le fond de jeu a-t-il survécu aux vacances ?
JP COYOLA : Oui, et c’est une bonne surprise ! Les automatismes, en défense notamment, sont toujours là. Le déplacement des joueurs pour opposer le rapide au lent et le fort au faible est également ancré encore dans les esprits. Après on a retravaillé le maul pour le plus grand bonheur des avants. Le maul c’est comme le vélo ; ça ne s’oublie pas. Maintenant comment va-t-on l’utiliser, c’est une autre paire de manches. Notre souci majeur aujourd’hui, avec Thierry MENTIERES et Richard DOURTHE, ce sont plutôt les phases de ruck. Comment vont-elles être arbitrées. Si on se réfère au match amical que nous avons disputé face aux joueurs de l’ULSTER, ça s’annonce compliqué. On aurait dit des TYROSSAIS déguisés en Irlandais tellement ça trichait de partout. Bref ! Les premières journées vont probablement être riches d’enseignements à ce niveau là.

TECH XV : Sur quels aspects serez vous particulièrement attentif face à l’USAP samedi ?
JP COYOLA : Tout d’abord le combat. Démarrer chez le champion ce n’est jamais facile, même si rugbystiquement parlant, ils ne sont pas encore prêt c’est évident. Mais en revanche, les Catalans seront présents dans toutes les phases de combat. Après les fêtes de DAX, il faut s’attendre aux fêtes de PERPIGNAN, je ne me fais pas d’illusions. Ensuite on voudrait que l’AVIRON BAYONNAIS soit moins fragile à l’extérieur que l’an passé, disons moi attentiste. Nous allons donc chercher à imposer d’avantage notre jeu, à exprimer nos convictions et nos points forts. Pour ce faire, nous comptons nous appuyer sur des joueurs d’expérience, comme le 2nd ligne Ross FILIPO (4 sélections chez les BLACKS) ; des garçons pour qui affronter l’USAP à Aimé Giral n’engendre aucune inhibition particulière. Nous serons attentifs aussi à d’autres aspects techniques et tactiques bien entendu. Je vous donne rendez vous lundi pour en reparler.