Paroles aux acteurs

Question à Christian Lanta : Comment vivez-vous cette défaite à domicile ?

Un sentiment mitigé ; déçu évidemment mais en même temps satisfait de l’état d’esprit affiché par les joueurs dans le combat et leur application dans ce que nous avions élaboré au cours des semaines de préparation. Face à une équipe très réaliste, très puissante et gestionnaire nous avons quand même réussi à proposer des choses. Ce qui nous intéresse, désormais à Christophe Deylaud et à moi, c’est la capacité qu’auront nos joueurs à valider par une victoire ce qui s’est révélé positif lors de ce premier match. Il est logique que l’équipe ait besoin d’un temps d’adaptation par rapport à notre méthode et notre discours. Face au Stade Français je compte sur des progrès dans ce domaine. Cela dit je reste optimiste vis à vis de notre potentiel et de l’ambiance de travail qui règne dans ce club où nous avons été très bien accueillis. Un mot sur la mêlée qui est la préoccupation de tout le rugby Français en ce début de saison. J’admets qu’il s’agit là d’une priorité, mais il ne faudrait pas oublier le jeu au sol, qui est à mon avis, le gros point noir de notre championnat. On en est arrivé au paradoxe de voir des défenses en mouvement face à des attaques statiques...C’est un peu le monde à l’envers. Si on veut faire renaître le spectacle il faut s’attaquer à la mêlée certes, mais aussi à toutes les phases du jeu au sol.