Paroles aux acteurs

C. Urios : Ce qui a changé, c’est le regard des autres !

photo C. Urios : Ce qui a changé, c'est le regard des autres!

TECH XV : Qu’est ce qui a changé à Oyonnax depuis le début de votre cavalier seul ?

C. Urios  : Je dirai, le regard des autres. Sans forfanterie aucune on sent une forme de respect de la part des équipes que l’on visite ou que l’on reçoit. Une pointe d’admiration et de crainte eu égard à nos résultats certes, mais aussi par rapport au contexte. Réussir à Oyonnax le pari probable de monter en TOP 14, c’est l’aboutissement de nombreuses heures de travail, d’un investissement de chaque instant de la part de dirigeants qui défendent leur vallée, leur territoire, leur tribu ! Et forcément celui d’une équipe qui s’est construit une identité sur la solidarité et l’humilité. Aujourd’hui, si nous sommes solides dans nos têtes, si notre jeu est en place, c’est que les efforts de chacun au sein du club ont convergé vers un unique objectif.

 

TECH XV : C’est un nouveau projet qui démarre. Quels en sont les grands axes ?

C. Urios  : A Oyonnax on aime la stabilité et les choses qui se construisent petit à petit. C’est une mentalité empreinte de sagesse qui me convient parfaitement. Je vais prendre des responsabilités élargies en tant que manager général mais, dans un premier temps, je resterai proche du terrain. Nous allons tout mettre en œuvre pour bien figurer en TOP 14 la saison prochaine. Ce sera dur on le sait, mais l’exemple de Grenoble nous sert de guide. On s’en inspire beaucoup. De là à dire que nous ferons le même parcours, il y a un pas – de géant- que je ne franchirai pas. En revanche nous pouvons commencer à anticiper cette montée, ce qui on le sait est un avantage considérable. Nous recruterons une dizaine de joueurs expérimentés, nous étofferons le staff et aménagerons nos structures. Mais parallèlement à ça, il y a aussi une saison à assumer avec encore 9 matchs à gagner pour être certains d’accomplir notre rêve. Le problème, c’est que nous devons gérer le présent tout en construisant demain, ce qui a entraîné une mobilisation générale au sein du club. Tout commence à Albi le samedi 12 janvier.