Brèves

Aubin HUEBER quitte le RCT

photo Aubin HUEBER quitte le RCT

Comme Jean Philippe COYOLA, Aubin HUEBER est aujourd’hui un entraîneur sans club. C’est à Toulon que l’ancien demi de mêlée du XV de France a débuté sa carrière. En tant qu’entraîneur –joueur de 2000 à 2006, avant de se consacrer à temps plein à son nouveau métier aux côtés de Tana UMAGA (2007 à 2009) et de Philippe SAINT ANDRE lors des deux dernières saisons. TECHXV.ORG a rencontré un professionnel bien décidé à tourner la page Toulonnaise, mais dont la passion pour le rugby reste intacte.
TECHXV.ORG : Connaissez-vous les motifs de votre licenciement du RCT ?
A.HUEBER : On m’a reproché d’être trop directif, voire psychorigide. Je crois qu’il y a eu aussi un problème de méthodologie avec les Anglo-Saxons du groupe. D’après les retours que j’ai eus, j’axais trop le travail sur la mêlée, la touche, et mes séances étaient jugées trop longues. C’est vrai qu’en Angleterre par exemple on travaille plus par ateliers techniques (skills) que sur des entraînements classiques. En même temps comme je suis assez perfectionniste je faisais durer les séances quand je n’étais pas satisfait. Mais il me semble que les salaires actuels du rugby pro peuvent justifier quelques heures supplémentaires, non ? Cela dit j’ai probablement manqué de souplesse à certains moments, je le reconnais !

TECHXV.ORG : Vous-avez des projets ?
A.HUEBER : Ma priorité est de tourner la page, de digérer cette aventure qui a duré trois ans et qui m’a beaucoup apporté au plan personnel, au contact de grands managers comme Tana UMAGA ou Philippe SAINT ANDRE. J’ai emmagasiné de l’expérience durant ces trois saisons à Toulon et je compte bien en faire profiter un autre club dans l’avenir. En attendant j’ai accepté la proposition de Canal +, de devenir consultant sur les matches du TOP 14. Et au cas où on ne voudrait plus de moi, je reprendrai mon ancien métier d’éducateur sportif en milieu carcéral.

TECHXV.ORG : La Coupe du Monde approche ; votre sentiment sur les chances tricolores ?
A.HUEBER : L’événement est très difficile à appréhender. Toutes les nations se préparent à bloc. Les Néo Zélandais sont sur les nerfs. Notre XV de France monte en puissance au fil des semaines. Tant mieux, car les matches de poule seront compliqués à gérer. L’impératif est de se qualifier, et si comme je le crois, ce groupe est en train de se forger un moral d’acier, alors tous les espoirs lui seront permis pour aller jusqu’au bout de l’aventure.