Brèves

Interview : Jean-Jacques Crenca et François Gelez

photo Interview : Jean-Jacques Crenca et François Gelez

Jean-Jacques Crenca et François Gelez ont rejoint cette année le staff de l’équipe d’Algérie pour apporter leur expérience en vue de la prochaine Coupe d’Afrique des Nations qui se déroulera au Cameroun. A cette occasion, ils ont répondu aux questions de TECH XV :

Comment t’es-tu retrouvé entraîneur de la sélection algérienne ?

Jean-Jacques Crenca : Je me suis retrouvé en fin de contrat en juin dernier et comme, pour l’instant, je n’avais pas retrouvé de club, plutôt que de rester à ne rien faire, les dirigeants de l’Algérie m’ont demandé si je ne voulais pas leur donner un coup de main pour m’occuper des avants et si je ne connaissais pas une personne pour entraîner les trois quarts.
Comme François Gelez était disponible lui aussi et que nous avions travaillé ensemble sur les espoirs à Agen, je lui ai posé la question et il m’a dit « ok on y va ».

François Gelez : Avec Jeannot Crenca, on est toujours resté en contact après avoir travaillé 4 ans ensemble avec l’équipe espoir d’Agen. Et suite à mon départ de Perpignan, on s’est dit qu’on pourrait retravailler ensemble. Là-dessus, l’opportunité d’apporter notre aide à l’équipe d’Algérie s’est présentée et comme lui et moi étions en manque de terrain, on a donné notre accord pour préparer une équipe compétitive en vue de la CAN en juin prochain.

Comment s’est passé ce stage de 2 jours de préparation à la CAN 2017 et quels ont été les axes prioritaires de travail ?

JJC : Le stage s’est déroulé du 31/03/2017 au 02/04/2017 à Pamiers où nous avons été très bien reçus et très bien logés. Il y avait une trentaine de joueurs présents à ce stage.

  • Le 31 après-midi, nous avons travaillé sur le système défensif que l’on veut mettre en place.
  • Le 01 au matin, nous avons travaillé en collectif séparé. Pour ce qui me concerne, avec les avants, nous avons travaillé sur la touche et les codifications qui vont avec.
  • Le 01 après-midi, nous avons travaillé sur le système offensif.
  • Le 02 au matin, nous avons dû laisser repartir une dizaine de joueurs pour aller jouer avec leur clubs respectifs. Nous avons donc retravaillé sur la défense avec les joueurs que nous avions à notre disposition.

FG : Il faut souligner la disponibilité des 35 joueurs qui sont venus en pleine saison juste avant les phases finales avec leurs clubs qui ont vraiment joué le jeu. Nous avons découvert un groupe agréable et à l’écoute, qui nous a permis de poser les bases organisationnelles de notre jeu et c’était pour nous, techniciens, un challenge intéressant d’essayer de mettre en place un système en aussi peu de temps.

Quel est le programme jusqu’à la CAN ?

JJC : Il est normalement prévu un match contre les espoirs de Brive qui devrait se faire le 13 mai pour voir comment les joueurs vont se comporter avec les nouveaux systèmes défensifs et offensifs face à une opposition réelle.
La CAN doit se dérouler vers la fin Juin.

FG : Nous allons essayer de jouer un match de préparation au mois de mai avant la CAN qui va avoir lieu à la fin du mois de Juin avec des matchs contre le Cameroun et le Nigéria.

Quel est l’objectif pour cette première édition ?

JJC : L’objectif est très clair : c’est de gagner le tournoi.

FG : Il existe un vrai vivier de joueurs d’origine algérienne en France et une vraie volonté des dirigeants de développer le rugby en Algérie. Il faut donc pour cela une équipe d’Algérie performante et ambitieuse pour drainer vers elle encore plus de joueurs de très haut niveau pour progresser dans la hiérarchie du rugby africain et pourquoi pas se mettre en ordre de bataille en vue des qualifications à la Coupe du Monde 2023.

D’un point de vue personnel, qu’est-ce que ce challenge t’a apporté ?

JJC : Tout d’abord, c’est de rester en activité et de se creuser la tête pour apporter le plus d’éléments possible à cette équipe pour qu’elle ait des résultats et pour que les joueurs se face plaisir sur le terrain et en dehors.
Par la suite, c’est de créer une aventure avec toutes ces personnes (joueurs et dirigeants).

FG : Après plusieurs mois loin des terrains, je ne m’étais pas rendu compte combien l’entraînement m’avait manqué. C’était donc un vrai plaisir de rechausser les crampons et d’essayer de bâtir en un temps record un collectif performant avec des joueurs vraiment impliqués et motivés. Ça m’a redonné une vraie motivation pour relever de nouveaux défis à l’avenir.

Nous nous sommes également entretenus avec Boumedienne Allam, le manager de l’équipe nationale d’Algérie :

François Gelez et Jean-Jacques Crenca sont les entraîneurs de la sélection algérienne. Comment les avez-vous choisis ?

Je connais François pour avoir gagné le 1er Tournoi des 6 nations en 2000, à l’époque, avec les - de 21 ans. Je connais Jeannot car j’ai joué contre lui à plusieurs reprises. Pour l’anecdote, mes piliers de l’époque se souviennent bien de lui.

Il y a quelques mois, nous avons donc rencontré François et Jeannot à Agen avec Farid Chabouni qui est le Directeur Sportif de la Fédération. Nous leur avons parlé du projet et du potentiel que cette nouvelle nation possédait et après un moment de réflexion, nous nous sommes tous les 4 tapés dans la main.

Qu’avez-vous fixé comme objectifs au staff lors de la prochaine CAN ?

Lors de la prochaine Coupe d’Afrique des Nations, nous allons rencontrer le Cameroun et le Nigéria dans le Tournoi C.
L’objectif est de remporter le Tournoi et accéder au niveau B.

Et sur le long terme, c’est une participation à la Coupe du Monde.

La mission des entraîneurs se terminera après cette CAN. Vous pensez réitérer l’expérience en faisant appel à d’autres entraîneurs français disponible ?

Mon souhait serait de travailler sur long terme avec François et Jeannot. Après, je sais pertinemment que des entraîneurs de leurs qualités ne resteront pas longtemps sur le marché...